55% pensten que la miste en œuvre de la stratégie énergétique pour 2050 est trop lente, seulement 22% pensent qu’elle va trop vite. Image : UNISG

Les répondants pesent que seulement 69% des scientifiques sont d’accord sur le fait que le changement climatique est dû majoritairement à l ?homme. En réalite se sont 97%. Image : UNISG

10e Baromètre clients des énergies renouvelables : Soutien public à la jeunesse climatique, une étroite majorité en faveur d'une interdiction du chauffage au mazout

(CP) 55% des consommateurs suisses estiment que la transition énergétique progresse trop lentement. Quatre répondants sur cinq saluent l'engagement de la jeunesse pour le climat. Une majorité de 54% de la population serait favorable à une interdiction du chauffage au mazout. Et 71% des personnes interrogées sont favorables à l'accélération de la diffusion de l'énergie solaire par le biais d'investissements publics. Ce sont les résultats du 10e Baromètre clients des énergies renouvelables, publié par l'Université de Saint-Gall en collaboration avec Raiffeisen Suisse et SuisseEnergie. (Texte auf Deutsch >>)


55% des consommateurs suisses estiment que la transition énergétique progresse trop lentement. Une "barrière de Rösti" est également identifiée : alors que seulement 3% des personnes interrogées vivant en Suisse romande pensent que la transition énergétique va trop vite, cette part passe à 16% dans les régions germanophones. La nature longitudinale du Baromètre clients des énergies renouvelables permet d'identifier les tendances dans le temps. Le niveau de confiance dans la faisabilité d'une élimination progressive des combustibles fossiles a fortement augmenté ces dernières années : alors qu'en 2015, 47% des personnes interrogées étaient convaincues que nous pourrions nous passer des combustibles fossiles, cette part est passée à 67% cette année.

Un soutien fort à l'initiative pour les glaciers
Si le vote sur l'initiative pour les glaciers avait lieu aujourd'hui, 67% des personnes interrogées (n=1'021) soutiendraient (plutôt) l'initiative. Ce sont les jeunes répondants (78% des moins de 30 ans) qui apportent le plus grand soutien, tandis que le soutien est plus faible chez les 30 à 44 ans (56%). Une autre initiative populaire, cette fois hypothétique, qui a été testée dans le cadre de l'enquête, concernait le financement de la transition énergétique. L’initiative hypothétique suggérait que le déploiement de l'énergie solaire pourrait être accéléré grâce à un investissement unique de la Banque nationale suisse, qui a déclaré un bénéfice annuel de 49 milliards de francs en 2019. Les résultats montrent un niveau de soutien aussi élevé pour cette initiative hypothétique que pour l'initiative pour les glaciers. Dans l'ensemble, 71 % des personnes interrogées la soutiendraient (plutôt).

E-mobilité : un grand intérêt, mais des lacunes en matière de connaissances persistent
La transition vers la mobilité électrique prend de l'ampleur. Parmi les personnes interrogées et intéressées par l'achat d'une voiture dans les cinq prochaines années, 51 % choisiraient un véhicule électrique comme première ou deuxième préférence. Des différences significatives entre les sexes peuvent être observées : les femmes ne sont pas encore aussi enthousiastes que les hommes au sujet des voitures électriques. Si l'intérêt pour la mobilité électrique est relativement élevé, des lacunes persistent dans les connaissances : contrairement aux résultats de diverses analyses du cycle de vie, seuls 60 % des personnes interrogées pensent que les voitures électriques contribuent de manière significative à la réduction des émissions de CO2.

Chauffage au mazout : l’heure des adieux ?
La Suisse est le pays européen où la part des chauffages au mazout est la plus élevée. Une petite majorité des personnes interrogées pensent que cela devrait changer : 54% seraient (plutôt) favorables à une interdiction des chauffages au mazout. En outre, si on leur pose explicitement la question, seuls 2 % des propriétaires de maison disent qu'un chauffage au mazout serait leur premier choix s'ils devaient remplacer leur système de chauffage actuel. Il est important de garder à l'esprit, cependant, que des facteurs tels que la nécessité de remplacer rapidement une chaudière cassée ou l'influence modératrice des installateurs peuvent encore conduire à un biais de statu quo dans les contextes décisionnels réels.

De l'intérêt à l'action : un "bonus climat" sur les prêts hypothécaires peut-il aider ?
Les contraintes financières sont souvent mentionnées par les propriétaires comme un obstacle à l'investissement dans les technologies des énergies renouvelables. Pour faciliter la mise en œuvre de ces mesures, un "bonus climat" sur les prêts hypothécaires pourrait être utile. En effet, augmenter le montant d'un prêt hypothécaire spécifiquement pour la mise en œuvre de mesures respectueuses du climat inciterait 28% des propriétaires qui prévoient de rénover leur maison à donner suite à leur intention et à investir dans un système photovoltaïque.

Changement climatique : des sentiments forts et des lacunes dans les connaissances
La population suisse est très sensible au changement climatique. 53% en sont tristes, tandis que 37% en ont peur. Ces émotions peuvent s'expliquer en partie par le fait que 69% des personnes interrogées conviennent qu'il est très probable que leur région sera touchée par le changement climatique, et 51% disent que leur région est déjà touchée par ce phénomène. Cependant, des lacunes dans les connaissances sur les causes du changement climatique persistent dans certaines parties de la population. Par exemple, alors que 97% des climatologues sont d'accord pour dire que le changement climatique est principalement causé par l'homme (AAAS, 2014), les personnes interrogées sous-estiment ce large consensus, pensant en moyenne que seuls 69% des scientifiques sont d'accord.

#Fridays For Future : le soutien du public à la jeunesse climatique, mais aussi le scepticisme
Depuis un an et demi, le mouvement des #Fridays For Future occupe une place centrale dans le débat sur le climat. Les résultats montrent que 80% des consommateurs suisses considèrent comme positif l'intérêt des jeunes pour les questions environnementales et la protection du climat. Cependant, il existe également un certain scepticisme quant à l'efficacité des grèves : 62% des personnes interrogées sont (plutôt) d’accord que les manifestations n'ont pas d’effet positif significatif sur l'environnement.

Des solutions pour le climat: innovation technologique ou changement de comportement ?
En ce qui concerne l'atténuation du changement climatique, les répondants placent de grands espoirs dans l'innovation technologique et ont des sentiments mitigés quant aux changements de comportement des consommateurs. Seuls 20% pensent qu'il est très probable ou plutôt probable que de nombreuses personnes réduiront volontairement leur consommation d'énergie pour ralentir le changement climatique. D'autre part, 67% des personnes interrogées classent les "changements de comportement des consommateurs" en deuxième position comme l'un des principaux moteurs de la résolution du problème climatique. L'innovation technologique vient en premier lieu (78%).

L'aviation : L'émergence de vents contraires pour les voyages à forte intensité de CO2
Le transport aérien représente une part importante de l'empreinte carbone de la Suisse (12-18%). Cependant, les résultats de notre enquête révèlent qu'une majorité de personnes interrogées sous-estiment cette part. 67% des personnes interrogées pensent que les vols aériens sont trop bon marché, soit une forte augmentation de 10 points de pourcentage par rapport à 2018. Cette augmentation pourrait être liée au débat politique sur une taxe carbone sur le transport aérien.


À propos du Baromètre clients des énergies renouvelables
Depuis 2011, le Baromètre clients des énergies renouvelables s'est imposé comme l'une des enquêtes annuelles les plus complètes sur les préférences énergétiques en Suisse. Cette enquête représentative est publiée par la Chaire de gestion des énergies renouvelables de l'Université de Saint-Gall, en collaboration avec Raffeisen Suisse et SuisseEnergie. L'échantillon (N=1021) est représentatif de la population suisse par rapport au sexe, à la région, l'éducation et préférences de parti politique.


Résultats détaillés de l'étude et infographies >>

Texte: Institut pour l’économie et l’environnement (IWÖ-HSG), Université de St. Gall

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert