Jacques Mauron: « Les pays voisins vont utiliser eux-mêmes la majorité de leur production hivernale, dont celle issue de l’éolien. »

Quatre projets en « coordination réglée » : Gibloux-Massiv, Côte du Glâney, Collines de la Sonnaz und Monts de Vuisternens sind gesetzt. Et trois en « coordination en cours » : Schwyberg, Surpierre-Cheiry et Autour de l’Esserta. Image : fr.ch

Serge Boschung : « Les zones retenues pour l’éolien ne sont pas en conflit avec d’autres intérêts prépondérants nationaux ou fribourgeois. »

Christian Pittet, vice-syndic de la commune Vuisternens-devant-Romont, où est prévu l’un des quatre parcs éoliens. « Pourquoi ne pas ajouter des éoliennes, qui pourraient être une bonne chose pour développer le tourisme ! »

Olivier Curty : « Il aura fallu vingt ans pour réunir toutes les conditions nécessaires à la réalisation des premières éoliennes du canton de Fribourg.»

Les étappes 1 et 2 sont terminées. Pour la réalisation du potentiel il faut maintenant la modification de la planification territoriale des communes concernées et la demande de permis de construire. Image : Canton de Fribourg

Canton de Fribourg : 30 éoliennes pour 2030 – pour produire du courant en hiver, lorsque la production d’énergie hydraulique est solaire est faible

(Suisse Eole) « Avec l’arrêt des centrales nucléaires et la baisse de la production d’énergie solaire et hydraulique en hiver, l’éolien, particulièrement productif en hiver, permettra de fournir de l’électricité renouvelable au moment où nous en consommons le plus », a expliqué Jacques Mauron, directeur général de Groupe E, lors de la présentation du plan directeur du canton de Fribourg le 8 septembre dernier. D’ici à 2030, il prévoit la réalisation de 30 éoliennes produisant un total de 160 mio. de kilowattheures. (Text auf Deutsch >>)


Le canton de Fribourg peut finalement se lancer dans l’exploitation de son potentiel éolien : en août 2020, le Conseil fédéral a donné son feu vert pour le plan directeur cantonal, dernière étape nécessaire avant de pouvoir passer à la suite. « Il aura fallu vingt ans pour réunir toutes les conditions nécessaires à la réalisation des premières éoliennes du canton de Fribourg. C’est désormais chose faite », s’est réjoui Olivier Curty, conseiller d’État, à La Joux le 8 septembre 2020.

Forte demande de courant hivernal
« Comme tous nos voisins poursuivent plus ou moins la même stratégie, à savoir la sortie des énergies fossiles et du nucléaire tout en amorçant un virage vers la mobilité électrique et le chauffage au moyen de pompes à chaleur, la demande de courant hivernal propre sera très élevée », a expliqué Jacques Mauron, de Groupe E. Le développement de l’éolien est donc une nécessité : « Les pays voisins vont utiliser eux-mêmes la majorité de leur production hivernale, dont celle issue de l’éolien. »

Selon un sondage réalisé en septembre par MIS Trend à la demande de Groupe E, plus de 70 % des fribourgeois et fribourgeoises interrogés sont favorables à la création de parcs éoliens dans le canton et 65 % n’expriment aucune crainte quant à la mise en place d’éoliennes dans le canton.

Le troisième canton éolien, après Vaud et Berne
« Le canton a l’obligation de développer les énergies renouvelables, dont l’hydraulique et l’éolien », a rappelé Serge Boschung, chef du Service de l’énergie du canton de Fribourg, lors de la conférence de presse du canton de Fribourg en collaboration avec Groupe E. La planification éolienne de la Confédération a fait ressortir un potentiel très important pour le canton de Fribourg : il est ainsi le troisième canton suisse disposant du plus grand potentiel éolien après Vaud et Berne avec une production possible se situant entre 260 et 640 GWh par an. Ce potentiel est bien supérieur aux objectifs visés par le Conseil d’État dans le cadre de sa Stratégie énergétique de 2009, avec 160 GWh à réaliser d’ici à 2030. Quand les premiers projets auront fait leurs preuves, il restera donc de l’énergie verte à récolter dans le canton jusqu’à 2050.

Le feu vert donné à quatre sites
« Avec quatre sites en coordination réglée et trois sites en coordination en cours, sachant que tous peuvent répondre au statut d’intérêt national, le plan directeur cantonal prévoit suffisamment de secteurs permettant d’atteindre les objectifs définis en 2009 », a expliqué Serge Boschung. La planification éolienne cantonale a pris en compte les zones d’exclusion : « Les zones retenues pour l’éolien ne sont donc pas en conflit avec d’autres intérêts prépondérants nationaux ou fribourgeois, » a-t-il précisé. Le canton est aussi allé trop loin en prévoyant l’emplacement des éoliennes : « La Confédération nous a tapé sur les doigts et nous a rappelé que c’était le travail des développeurs. »


Les parcs
En « coordination réglée » :

En « coordination en cours » : Schwyberg, Surpierre-Cheiry et Autour de l’Esserta.


Augmentation des importations en hiver
« Depuis l’an 2000, la Suisse est devenue importatrice d’électricité en hiver », a montré Markus Geissmann, responsable du domaine de l’énergie éolienne auprès de l’Office fédéral de l’énergie, à partir d’un diagramme, « et les importations augmentent. Si nous ne favorisons pas la production hivernale, cette tendance va encore s’accentuer. » La Confédération veut donc développer l’énergie éolienne, cette dernière réalisant deux tiers de sa production en hiver. Il a rappelé que deux tiers des oiseaux étaient menacés par le changement climatique. « La production hivernale renouvelable permet également de remplacer des importations d’électricité d’origine fossile », a-t-il souligné. Quant à l’influence sur le prix de l’immobilier, une étude de Wüest Partner a démontré qu’il n’y avait aucun lien.

Pour l’image de la commune
« On fait beaucoup de photovoltaïque sur nos bâtiments », a expliqué Christian Pittet, vice-syndic de la commune Vuisternens-devant-Romont, où est prévu l’un des quatre parcs éoliens. « Pourquoi ne pas ajouter des éoliennes, qui pourraient être une bonne chose pour développer le tourisme ! » Répondant à un journaliste qui avait posé la question des retombées financières, il a déclaré : « Pour moi ça vient après. L’image que peut apporter l’éolien pour la commune est aussi importante à mes yeux. ». Tous les projets éoliens sont d’ailleurs prévus sur des terrains communaux, afin de prévenir toute convoitise.

Une éolienne d’État ?
« L’État a bien déjà installé et installera encore davantage de photovoltaïque sur ses propres toits. Existe-t-il également un projet d’éolienne qui appartiendrait à l’État ? », a voulu savoir un journaliste. Étonnement dans la salle du restaurant de l’Union à La Joux. Bonne idée, à méditer ! Cependant, les 30 éoliennes prévues par le canton et le Groupe E ne produiront pas d’électricité demain, hélas. Il y a encore du pain sur la planche : à savoir la modification de la planification territoriale des communes concernées et la demande de permis de construire, qui seront évidemment soumises à recours…


Une brochure et un site Internet
Au printemps de cette année, l’Office fédéral de l’énergie a sorti une brochure intitulée « Vive le vent d’hiver ! Pourquoi la Suisse a aussi besoin de l’énergie éolienne » dans le cadre de son Programme Suisse Energie. Sur cette base, le Service de l’énergie du canton de Fribourg a élaboré un document spécifique au canton, expliquant les tenants et les aboutissants de sa stratégie en matière d’énergie éolienne. Il a également complété son site Internet avec un volet spécifiquement dédié à la planification éolienne dans le canton.

www.fr.ch/sde/éoliennes >>


Texte: Suisse Eole et Anita Niederhäusern, éditrice de ee-news.ch

show all

1 Kommentare

Max Blatter

Merci aux Fribourgeoises et aux Fribourgeois!

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert